evenement


Le premier rendez-vous s'est tenu à 14h30 à la médiathèque de Tarentaize où Philippe Georjon, sa collègue et un public d'une quarantaine de personnes nous ont merveilleusement accueillis. Le poète écrivain dessinateur est revenu sur ses deux nouveautés, Les coïncidences exagérées ed. Mercure de France et L'êcre et l'étrit ed. J-M Place. Deux ouvrages riches et sensibles qui effleurent l'intimité d'Hubert Haddad. Il a bien évidemment était également question de la revue Apulée puisqu'elle est le fil conducteur de toutes les rencontres organisées par la librairie la Maison vieille. Le peintre et graveur Serge Kantorowicz était également présent car à 18h chez l'éditeur/galeriste Daniel Damart, l'aventure s'est poursuivie avec la présentation de l'ouvrage Le rêve n'est pas ce qui manque, édité par le Réalgar, recueil de poèmes d'Elie Delamarre Debouteville mis en regard de magnifiques dessins de Serge Kantorowicz dont les originaux sont à voir à la galerie rue Blanqui jusqu'au 14 janvier 2017. Le film documentaire de Carole et Jean-Loup, proches du poète disparu, offrait au public le plaisir d'entrer dans l'intimité d'Elie Delamarre-Debouteville et complétait avec justesse ce moment vibrant et chaleureux. Une belle lecture a généreusement été proposée par la Cie Cœur d'Art &co. et un court hommage a été rendu à Asli Erdogan, écrivaine turque de grand talent incarcérée à Istambul depuis août dernier. Une belle parenthèse stéphanoise.





Retour C'était déjà hier